• LOGIN
  • Votre panier est vide.

Login

L’échec nous pousse à grandir [Éloge de l’échec 1]

Echec Eloge Grandir

Dans cette série d’articles, je voudrais aller à contre-courant.
Il y a énormément de prédications, d’articles, de livres qui mettent en avant la VICTOIRE ! …
« Marchez en vainqueurs » ; « Soyez plus que vainqueurs » ; « La victoire qui triomphe du monde c’est notre foi »…

Certes, c’est encourageant et motivant d’entendre de tels messages, mais cela peut poser un problème si nous pensons qu’il est anormal de vivre l’échec et si nous imaginons ne jamais essuyer aucun revers !
Nous risquons alors de tomber dans bien des frustrations et même de sombrer dans le découragement car chaque échec sera vécu comme une fatalité.

Que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans notre vie spirituelle, les échecs ont un certain nombre d’avantages et d’utilité :

Jean 15.20
Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite: Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre.

Jean 16.33
Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde.

Je vous propose donc de faire l’éloge de l’échec et d’en comprendre l’utilité.

Osons échouer et en retirer tous les bénéfices

Et pour commencer à vous convaincre, examinez tous les termes évoquant l’échec (en gras) dans les versets suivants :

Mais nous nous rendons recommandables à tous égards, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamités, dans les détresses, sous les coups, dans les prisons, dans les séditions, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes ;

par la pureté, par la connaissance, par la longanimité, par la bonté, par l’Esprit-Saint, par un amour sincère, 7 par la parole de vérité, par la puissance de Dieu, par les armes offensives et défensives de la justice ;

au milieu de la gloire et de l’ignominie ;

au milieu de la mauvaise et de la bonne réputation ;

étant regardés comme imposteurs, quoique véridiques ;

comme inconnus, quoique bien connus ;

on nous considère comme mourants, et voici nous vivons ;

comme châtiés, quoique non mis à mort ;

on nous croit attristés, et nous sommes toujours joyeux ;

pauvres, et nous en enrichissons plusieurs ;

comme n’ayant rien, et nous possédons toutes choses.

2 Corinthiens 6.4–10

Qui ne tente rien n’a rien

Il arrive souvent que par Peur d’échouer on ne tente rien.

Si vous n’êtes jamais prêt à échouer, alors le seul moyen que vous avez de ne pas échouer c’est de ne rien faire !

Le seul moyen de ne pas échouer

c’est de ne rien faire !

Certains préfèrent ne pas s’engager dans une compétition plutôt que d’accepter de, peut-être, échouer !!

C’est pourquoi je vous propose cette réflexion à propos de l’échec, afin d’apprendre à apprécier, voir même aimer l’échec.

En effet, nous avons besoin de comprendre que l’échec n’est pas QUE négatif ; l’échec n’est pas seulement synonyme de souffrance et de honte…

Proverbes 24.16 BDS
car même si le juste tombe sept fois, il se relèvera, alors que les méchants s’effondrent dans le malheur.

Echec

Proverbes 24.16 (Parole de Vie)
Celui qui agit bien peut tomber sept fois, il se relèvera toujours. Au contraire, ceux qui agissent mal sont renversés par le malheur.

N’ayez pas peur d’échouer

Dans la Parabole des Talents, nous trouvons le Serviteur inutile qui a enterré son talent !

Matthieu 25.24–25
Celui qui n’avait reçu qu’un talent s’approcha ensuite, et il dit: Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n’as pas semé, et qui amasses où tu n’as pas vanné; j’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre; voici, prends ce qui est à toi.

Nous constatons que c’est par peur que celui-ci n’a rien fait, rien tenté, rien risqué !

Ce que n’avait pas compris ce serviteur, c’est que son maître ne condamnait pas l’échec, mais le refus de faire des efforts pour utiliser à bon escient les talents qui lui avaient été confiés.

Chacun d’entre nous a reçu de Dieu un ou des talents.
L’important est de tenter au maximum d’utiliser ces talents (capacités, savoir-faire, ressources) pour la Gloire de Dieu… comme autant de graines que nous planterons sans savoir ce qui réussira ! Mais nos tentatives infructueuses seront autant d’expériences acquises pour faire de mieux en mieux.

Il y a pire que l’échec

Dans son discours inaugural à la nation, le président élu Franklin Roosevelt déclara :

“La seule crainte que nous devons éprouver est précisément… d’avoir peur !”
L’échec n’est pas tragique : nous pouvons nous relever et essayer à nouveau.
Mais la peur de l’échec est tragique, car elle nous empêche d’essayer de nouveau !

C’est exactement ce qui a paralysé le serviteur de notre Parabole : la peur de l’échec !

Connaissez-vous ce film ?

Avez-vous vu ce film dans lequel un jeune homme épris d’une jeune fille lui promet de venir la voir tous les soirs sous la fenêtre de sa chambre pendant 100 jours ?
Inlassablement pendant 99 jours il vient voir sa bien-aimée mais le 100e jour il n’ose pas venir par peur d’essuyer un échec !

(Si vous connaissez ce film merci de m’indiquer le titre dans les commentaires svp 😉

Ne vous laissez pas paralyser par la peur d’échouer, au risque de passer à côté de votre destiné… votre future conjoint, votre carrière, l’appel de Dieu !

Les échecs de l’apôtre Paul

Imaginez la destinée de l’apôtre Paul si celui-ci avait voulu fuir toute forme d’échec !!

Heureusement, Paul a accepté et affronté bon nombre d’échecs…
La liste qu’il dresse pourrait nous effrayer :

2 Corinthiens 11.23–28
… par les travaux, bien plus ; les coups, bien plus ; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, cinq fois j’ai reçu des Juifs quarante coups moins un, trois fois j’ai été battu de verges, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme.

Fréquemment en voyage, j’ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères. J’ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. Et, sans parler d’autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises.

Et aussi :

Romains 8.35–36
Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? selon qu’il est écrit: C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie.

Mais Après avoir passé en revue tous les obstacles possibles à sa mission, Paul écrit :

Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés.
Romains 8.37

Conclusion : ne craignez pas l’échec !

Pourquoi l’échec ?

Certains se poserons certainement la question : « mais pourquoi l’échec ? »

Réalisons que l’échec fait partie intégrante du processus de l’apprentissage.

Si vous prenez le temps d’examiner votre propre vie, vous vous rendrez compte que vos plus grands échecs ont générés vos plus grandes réussites.

N’ayez pas honte d’échouer, nous ne devrions avoir que de notre péché.

En complément lire l’article suivant : 4 personnes face à leur honte

L’échec nous pousse à grandir

L’échec est une ressource et une graine pour nous faire grandir et gagner en expérience et en maturité.

Si vous savez marcher aujourd’hui, c’est parce que le bébé que vous étiez a accepté une multitude de chutes et d’échecs de tentatives de marcher comme papa et maman… mais à force de persévérance vous avez surmonté les échecs, vous avez appris, vous avez grandis… et vous avez un jour fait vos premiers pas !!

Lorsque j’ai appris à faire du vélo, je me souviens être tombé dans les rosiers chez mes parents !
En effet, je me suis fait mal ; oui je me suis écorché ; bien sûr je me suis fait piqué par ces rosiers… mais est-ce que j’ai arrêté ?
Non !
L’envie de savoir faire du vélo était plus importante que les chutes successives !
Chaque échec était un apprentissage.

A chaque échec j’ai le choix de poursuivre ou d’arrêter

A moi de voir si je veux grandir de cet échec ou me détruire avec cet échec.

Après avoir vécu un même évènement, il y a 2 types de personnes :
Si nous demandons comment ça se fait qu’ils en sont là aujourd’hui ?

  • L’une te dit :
    « Si je suis si déprimé aujourd’hui, c’est à cause de ce qui m’est arrivé il y a 10 ans »
  • L’autre te dira :
    « Grâce à l’échec que j’ai eu il y a 10 ans, très désagréable à vivre, j’ai appris et j’ai grandi. »

Comment grandir suite à un échec ?

Je pense que pour grandir il faut examiner les raisons et les conséquences de l’échec.

Prenons garde de ne pas tomber dans un « Biais d’auto-complaisance » qui consiste à se croire à l’origine de ses réussites mais pas de ses échecs.

Analysez les raisons de votre échec :

  • Est-ce grave ? ou normal ?
  • Pourquoi ai-je subi l’échec ?
  • A cause de moi ?
  • des autres ?
  • A cause du diable ?
  • Est-ce Dieu qui a fermé une porte ?
  • Qui est responsable ?
  • Qu’est-ce que j’ai mal fait ?
  • Qu’est-ce que je n’ai pas fait ?

Retirez les leçons de votre échec

  • Qu’ai-je appris ?
  • Quelle est la leçon principale que je retire de cet expérience ?
  • A l’avenir, que devrais-je changer, modifier, améliorer pour augmenter mes chances de réussite ?
  • Pour la prochaine fois, que puis-je mettre en place ?
  • Y a-t-il quelqu’un qui pourrais m’aider ?

Et si l’échec survient

Chaque échec vous pousse à grandir.

Même si l’échec est de notre faute, parce que nous n’avons pas écouté les conseils, parce que nous avons persévéré dans une mauvaise décision, parce que nous avons péché tout simplement, Dieu ne désire pas que nous nous arrêtions d’avancer, mais qu’on retienne toutes les leçons nécessaires pour aller de l’avant :

Apocalypse 2.5 NEG
Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres; sinon, je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes.

Nous devons réaliser que Dieu veut notre réussite car nous sommes ses enfants.
Quel parent ne le voudrait pas ?

Face aux obstacles et menaces ennemies contre le projet de reconstruction des murailles de Jérusalem, Néhémie a proclamé :

Néhémie 2.20
Et je leur fis cette réponse: Le Dieu des cieux nous donnera le succès. Nous, ses serviteurs, nous nous lèverons et nous bâtirons; …

Alors grandissez…
Relevez-vous, fortifiez-vous, prenez courage et bâtissez, avancez.

Peut-être le jeune Salomon a eu peur d’échouer dans la mission qui lui était confiée, mais voici comment son Père David va l’encourager :

1 Chroniques 28.20
David dit à Salomon, son fils: Fortifie-toi, prends courage et agis ; ne crains point, et ne t’effraie point. Car l’Eternel Dieu, mon Dieu, sera avec toi; il ne te délaissera point, il ne t’abandonnera point, jusqu’à ce que tout l’ouvrage pour le service de la maison de l’Eternel soit achevé.

Merci à tous les lecteurs fidèles.

En complément lire l’article : Repenser l’échec comme une chance

Nous verrons dans le prochain article que l’échec nous pousse à apprendre

Si cet article vous a aidé, et si vous pensez qu’il pourrait être utile à quelqu’un, n’hésitez pas à le partager autours de vous.

Laissez-moi vos commentaires juste en-dessous et expliquez comment vous avez grandi suite à un échec.

Soyez des disciples qui grandissez de vos échecs,
et n’oubliez pas :
Faites tout pour la Gloire de Dieu ! (1Cor 10:31)

Chao, et à bientôt.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 3

0 responses on "L’échec nous pousse à grandir [Éloge de l’échec 1]"

    Leave a Message

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Chretien Online © Tous droits réservés.
    X