• LOGIN
  • Votre panier est vide.

Login

L’échec nous rend créatif [Éloge de l’échec 4/7]

echec rend créatif
Photo by Dragos Gontariu on Unsplash • échec rend créatif

Retrouvez les articles précédents ici :
– 1/7 L’échec nous fait grandir
– 2/7 L’échec nous pousse à apprendre 
– 3/7 L’échec nous rend humble
Dans ce 4e volet sur l’éloge de l’échec, examinons comment l’échec nous rend créatif !

Comment l’échec nous rend créatif ?

De façon naturelle, nous n’aimons pas les échecs, car nous n’aimons pas l’inconfort, la déception, et nous sommes également très soucieux du regard des autres… nous ne voulons pas les décevoir.
C’est la raison pour laquelle nous voudrions leur montrer nos capacités, nos performances, et avoir ainsi un impact positif sur notre entourage.

Pourtant, sans l’échec nous serions toujours dans une zone de confort et nous ne changerions jamais !
Nous ferions toujours les choses de la même façon !

Si dès le début que l’on commence quelque chose, on avait tout fait parfaitement on ne chercherait pas à s’améliorer !

Souvenez-vous de tous vos débuts !

Par exemple pour moi, lorsque j’ai commencé à prêcher, enseigner la Parole de Dieu devant l’église… je peux vous assurer que c’était loin d’être parfait !
Et heureusement ! car ça m’a permis d’apprendre, ça m’a poussé à chercher à m’améliorer, à corriger des défauts, à être plus créatif… (Bon, ce n’est toujours pas parfait… mais j’y travail ! ;))

Par exemple quand nous témoignons de notre foi aux autres, nous essuyons parfois des échecs, des refus, des rejets…
Mais heureusement, car cela nous oblige à chercher à mieux comprendre les autres, à être moins abruptes, plus doux, plus compréhensifs…

En réalité, l’échec nous pousse à faire différemment, à être inventif.

L’échec nous pousse à apprendre, à rester humble, à être plus créatif, et à avoir des nouvelles idées.

Si nous ne fuyons pas les échecs mais que nous savons les affronter de manière positive, nous serons perçus par ceux qui nous entourent comme quelqu’un qui n’abandonne jamais, quelqu’un de créatif, qui sais trouver des solutions, qui sait s’adapter…

Aimer l’inconfort de l’échec

Examinons ensemble comment l’échec nous rend inventif ;
Comment nous devenons plus combatifs ;
De quelles façons l’échec nous fait gagner en sagesse et nous pousse à nous améliorer.

Nous devrions être en capacité de dire :

« J’aime l’échec, j’aime vivre l’inconfortable car ça me pousse à être imaginatif ! »

chrétien.online • L’échec nous rend créatif

Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés,

Jacques 1.2

Vivre l’échec sera donc l’occasion de devenir un battant, un trouveur de solution… autrement appelé : un conseillé !

Mes frères, réjouissez-vous !
Lorsque vous passez par toutes sortes d’épreuves ou de tentations, estimez-vous heureux : elles sont pour vous l’occasion d’accéder à la joie parfaite.
Vous savez bien que si votre foi est mise à l’épreuve et si elle tient bon, elle développera votre endurance.
Mais pour que vous parveniez à une pleine maturité spirituelle, il faut que l’épreuve achève son œuvre sans que votre constance se relâche, que votre patience se manifeste dans toute votre conduite et s’accompagne d’actes parfaits.
Ainsi vous serez pleins de force et vous parviendrez au but : vous deviendrez irréprochables et il ne vous manquera rien.

Jacques 1.2–4 (Transcription Parole Vivante)

Pourquoi fuir l’échec ?

Vous ne voulez pas être perçu comme un loser, un raté ?
Etes-vous soucieux de pas décevoir vos collègues, votre supérieur hiérarchique, votre entourage ?
Vous fuyez certaines responsabilités de peur de ressentir la honte de l’échec ?
Vous ne voulez pas vivre l’inconfort de l’échec ?

Si vous n’apprenez pas à surmonter votre peur de l’échec, vous n’entreprendrez rien d’important, car cela vous obligerait à prendre des risques.

Comment voulez-vous alors vous améliorer ?
Pensez-vous qu’il soit réaliste de ne jamais échouer ?

Souvenez-vous qu’en cas d’échec vous devez vous relever immédiatement et ne pas baisser les bras.

Échec ou conduite de Dieu ?

Il est vrai qu’après avoir subi un échec, quel qu’en soit le domaine, il est tentant de se décourager, et d’agir comme pour s’enterrer soi-même et se dire qu’il n’y a plus d’autre issue, plus aucune solution et de se morfondre sur son sort.

C’est ce que j’aurai pu me dire après avoir vécu un licenciement !
Mais ce fût l’occasion de chercher des solutions, de devenir inventif, créatif !
A commencer par trouver du secours auprès de Dieu :
Non pas ce que JE veux,
mais ce que TU veux Seigneur !

Ce fût le moment propice pour se « réinventer » !

Avec tout l’amour et le respect que je leur dois, il m’a fallu comprendre que je ne suis pas défini par mes parents…
Ce n’était pas à eux de décider de mon avenir, mais à Dieu seul !
Devenir prof était le rêve de mon Père… mais pas le miens !

C’était l’occasion de faire un bilan de compétence et de réaliser que j’étais attiré par le travail dans le social, ce qui débouchera plus tard sur un travail en tant qu’éducateur.
En réalité, c’était l’école de Dieu pour que j’apprenne à prendre soin des autres… et un jour devenir pasteur !

L’échec d’une carrière professionnel a donc été pour moi la plus belle des opportunités : entrer dans le plan de Dieu pour ma vie !

L’adversité et l’échec nous rendent créatifs

Connaissez-vous l’étymologie du mot « inventif » ?
inventer :
in : dedans
ventum : vent (venir)

Être inventif c’est donc littéralement avoir le souffle à l’intérieur.
Cela rejoint l’idée d’être « inspiré » (esprit à l’intérieur)

Donc pour expliquer mon idée, je pense que l’échec nous pousse à trouver des solutions, donc à être inventif et inspiré…
C’est à dire chercher en Dieu l’inspiration (le souffle du Saint-Esprit) pour trouver les idées qui nous ferons avancer, les trouvailles qui nous ferons surmonter l’échec et parvenir à la réussite et au succès.

C’est ainsi qu’avec l’expérience et aussi le bon mindset (le bon état d’esprit) nous deviendrons des machines à idées, des sources de solutions, des solutionneurs de problèmes !

Devenez des MacGyver dans votre domaine !

MacGyver était mon héros d’enfance (et d’adulte aussi je dois bien le confesser) !
C’est exactement l’attitude que nous devrions adopter : dès qu’il y a un problème et que la situation semble désespérée, quand tout le monde perd courage et abandonne… alors le cerveau de MacGyver se met à tourner à plein régime pour… être IMAGINATIF et sauver le monde avec un couteau suisse et un trombone !
Et c’est toujours dans les situations d’échecs où c’est une question de survie, que les idées les plus lumineuses jaillissent !

C’est la raison pour laquelle les échecs peuvent être si bénéfiques… Ils nous poussent dans nos retranchements et nous sommes alors obligés d’être créatifs… sinon c’est l’abandon… et la mort !

Alors devenez des MacGyver dans votre domaine !

Transformez l’essai !

Connaissez-vous les règles du Rugby ?
Là encore c’est une belle illustration de l’échec qui rend créatif.
La ligne d’attaque va se casser les dents sur la défense adverse.
Mais à chaque échec, ils prennent du recul ; Non sans avoir engranger des informations sur les stratégies, sur les failles, les faiblesses de l’adversaire.
Ils apprennent de chaque échec, ils essaient, puis ils essaient encore, et encore…
Jusqu’à TRANSFORMER L’ESSAI !

mêlée de rugby - échec rend créatif
Photo by Olga Guryanova on Unsplash • échec rend créatif

L’expression rugbystique veut bien dire ce que ça veut dire !
À chaque essai, ils recommencent jusqu’à franchir l’embut !

Devenez des rugbymen dans votre domaine !
Essayez, essayez encore, et encore… échouez vite ! et essayez encore, jusqu’à la tranformation !

  • À la maison ;
  • Vos études ;
  • À l’église ;
  • Dans vos relations ;
  • Vos affaires ;
  • Vos projets…

Affrontez vos échecs,
Retenez les leçons,
Devenez inventifs,
Et… transformez l’essai !

chrétien.online • L’échec nous rend créatif

L’Apôtre Paul : l’échec m’est un gain !

Prenons l’exemple de Paul !
Avez-vous remarqué la longue liste d’échecs qu’il a dû affronter ?

Ils sont serviteurs du Christ ?
C’est une folie que je vais dire : je le suis plus qu’eux.
Car j’ai travaillé davantage,
j’ai été plus souvent en prison,
j’ai essuyé infiniment plus de coups ;
plus souvent, j’ai vu la mort de près.
Cinq fois, j’ai reçu des Juifs les « quarante coups moins un ».
Trois fois, j’ai été fouetté,
une fois lapidé,
j’ai vécu trois naufrages,
j’ai passé un jour et une nuit dans la mer.

Et Paul poursuit :

Souvent en voyage,
j’ai été en danger au passage des fleuves,
en danger dans des régions infestées de brigands, en danger à cause des Juifs, mes compatriotes, en danger à cause des païens, en danger dans les villes, en danger dans les contrées désertes, en danger sur la mer, en danger à cause des faux frères.
J’ai connu bien des travaux et des peines,
de nombreuses nuits blanches,
la faim et la soif,
de nombreux jeûnes,
le froid et le manque d’habits.
Et sans parler du reste, je porte mon fardeau quotidien : le souci de toutes les Eglises.
En effet, qui est faible sans que je sois faible ?
Qui tombe sans que cela me brûle ?
Oui, s’il faut se vanter, c’est de ma faiblesse que je me vanterai.

2 Corinthiens 11.23–30

L’Apôtre Paul est un gladiateur de la foi !

Il a surmonté toutes ces difficultés pour un seul but : Servir la cause de l’Évangile, servir la cause de son Sauveur, Jésus le Christ !

Son zèle pour Jésus, l’ont aidé à trouver les ressources pour surmonter chacune de ces difficultés…
Mais il a dû trouver des ressources, trouver des solutions, trouver de l’énergie, trouver le courage, trouver la persévérance…
Pour TROUVER toutes ces choses, il FAUT être « imaginatif », « créatif »… ou autrement dit : inspiré.
L’apôtre renouvelait ses forces dans la puissance du Seigneur ;
Il trouvait son aide dans le secours de Dieu ;
Paul cherchait sa direction dans la conduite du Saint-Esprit ;
Il pensait ses blessures dans le réconfort du Consolateur et de la communion fraternelle ;
Il puisait l’inspiration dans la Sagesse d’en Haut…

Quand les apôtres échouent

Regardez comment ont réagi les apôtres dans Actes 6.
Ils veulent aider les démunis et organisent une distribution de colis alimentaires chaque jour.
Mais, échec, ils n’arrivent pas à aider tout le monde !

En ce temps-là, le nombre des disciples augmentant, les Hellénistes murmurèrent contre les Hébreux, parce que leurs veuves étaient négligées dans la distribution qui se faisait chaque jour.

Actes 6.1

Alors plutôt que de se morfondre sur leur échec, se désoler des critiques qu’ils essuient, et tout abandonner… ils vont réagir et se montrer inventif !

Tout d’abord analyser l’échec :

  1. On a négligé les veuves des hellénistes ;
  2. Nous pensions pouvoir tout faire (servir au table et assumer nos responsabilités spirituelles)
  3. On a négligé l’étude de la Parole et la prière.

Alors ils mettent en place les solutions :

  1. Ils réunissent tous les disciples (Actes 6:2)
  2. Nous devons nous recentrer sur notre service (ministère de la Parole et prière)
  3. Il est nécessaire de déléguer
  4. Nous allons laisser les disciples choisir parmi eux les personnes capables d’assumer ce service.

Voyez-vous comment ils ont été imaginatifs pour solutionner leur problème ?

  • Ils consultent les autres pour avoir leur avis,
  • Des critères de qualités sont proposés (Bon témoignage, plein d’Esprit-Saint et de sagesse)
  • Ils laissent les autres participer à la résolution du problème (Actes 6:3)
  • Ils se recentrent sur leur mission (Actes 6:4)

Résultat :

  • Tout le monde est satisfait !

Les douze convoquèrent la multitude des disciples, et dirent: Il n’est pas convenable que nous laissions la parole de Dieu pour servir aux tables. C’est pourquoi, frères, choisissez parmi vous sept hommes, de qui l’on rende un bon témoignage, qui soient pleins d’Esprit-Saint et de sagesse, et que nous chargerons de cet emploi. Et nous, nous continuerons à nous appliquer à la prière et au ministère de la parole. Cette proposition plut à toute l’assemblée. Ils élurent Etienne, homme plein de foi et d’Esprit-Saint, Philippe, Prochore, Nicanor, Timon, Parménas, et Nicolas, prosélyte d’Antioche. Ils les présentèrent aux apôtres, qui, après avoir prié, leur imposèrent les mains.

Actes 6.2–6

Un échec… mais oh combien utile pour toute l’église !

L’échec : un tremplin vers le succès

L’Histoire nous enseigne que l’échec peut parfois devenir le tremplin qui mène au succès :

A l’école, le futur Napoléon se classait quarante-deuxième sur quarante-trois, ce qui ne l’empêcha pas de former plus tard une armée qu’il emmena à la conquête de l’Europe.

George Washington perdit les deux tiers des batailles qu’il engagea et pourtant, contre toute attente, ressortit vainqueur de la Guerre d’Indépendance et le cours de l’histoire des États-Unis en fut modifié.

On conseilla à Albert Einstein, qui semblait alors avoir des difficultés à apprendre, d’abandonner l’étude de la physique pour se consacrer à un sujet plus facile. Il est considéré aujourd’hui comme le père de la physique nucléaire !
Lorsque nous pensons à ces hommes, nous oublions leurs échecs, mais nous nous souvenons de la manière dont ils ont contribué à notre histoire.

Surmonter l’échec en 3 étapes

Si vous faites face à un échec, quel qu’en soit le domaine, je vous propose 3 étapes très simples mais efficaces si vous les mettez en oeuvre :

1. Faites une liste de 10 à 30 idées pour solutionner votre problème. (10 minimum)

  • Qui je peux appeler ?
  • Qui a vécu la même chose que moi et s’en est sorti ?
  • Quel changement je dois opérer ?
  • Que dois-je arrêter de faire ?
  • Que dois-je continuer, ne pas arrêter ?
  • Une formation à suivre ?
  • Un livre à lire ?
  • Une habitude à adopter ?
  • Un passage de la Bible qui ressemble à ce que je traverse ?
  • Qu’aurai fait Jésus ? Ou un de ses disciples ?
  • … d’ailleurs j’aurai dû commencer par prier !
  • De quel miracle avez-vous besoin ?
  • Un pasteur peut-il m’aider ? Un conseiller chrétien, un frère ou une soeur de mon église ?
  • Y a-t-il un spécialiste, un expert qui pourrais m’aider ?
  • Qui je connais dans toutes mes connaissance qui pourrait m’aider ?
  • Est-ce qu’un de mes contacts a des relations qui seraient utiles ?
  • Dans ma ville ? …
  • Un outil à acheter ?
  • Rechercher sur internet les ressources sur le sujet,
  • Rechercher dans un forum, un groupe Facebook sur mon problème ?
  • Est-ce que je dois changer ? Un caractère à modifier ?
  • Un péché à abandonner ?
  • Etc.

2. Choisissez parmi cette liste, les 5 idées les plus pertinentes, selon votre problématique.

3. Et puis AGISSEZ ! Passez à l’action !
Mettez en oeuvre vos 5 idées les meilleures.

Quant à vous, vous ne deviendrez un raté que le jour où vous vous considérerez incapable de survivre à un échec.
Car échouer est affaire d’opinion.
L’échec n’est pas un événement insurmontable. Si votre opinion est que vous pouvez réussir, vous vous relèverez et connaîtrez ensuite le succès.
« Car sept fois le juste tombe, et il se relève » (Proverbes 24.16)

(Citation de Bob Gass)

Ingénieux au mal

Alors attention toutefois, l’imagination qu’un échec peut nous inspirer doit être une imagination SAINE !
Et non pas une imagination malsaine, pour couvrir nos péchés !

Nous devons chercher l’inspiration de l’Esprit-Saint, non pas l’inspiration Charnelle !

Le but n’est pas de devenir « ingénieux au mal » ! (Romains 1:30)

Comme par exemple Sarah qui a proposé à son mari Abraham d’aller avec sa servante pour avoir un héritier. (Genèse 16.2)

Ou encore les filles de Noé, qui ont enivré leur père et couché avec lui car ils ne voyaient aucune autre solution pour s’assurer une descendance ! (Genèse 19.31–32)

Ou pire encore… David, qui a voulu maquiller son adultère en devenant le meurtrier d’un de ses plus valeureux soldats !

Son échec l’a rendu très imaginatif… mais malheureusement pour camoufler son péché, et non pour glorifier Dieu.

Ne demeurez pas dans l’échec

Pour vous pousser encore plus à l’action, réfléchissez à la douleur que cela engendrera si vous ne faites rien !
À court, moyen et long terme !

Si vous demeurez sur votre échec, et que vous ne devenez pas quelque peu imaginatif, vous ne risquez pas de trouver la moindre solution ! Ce sera alors le Statu Quo, votre vie va stagner vous resterez bloqué sur votre échec !

Je connais certaines personnes qui sont restés bloqués sur un échec sentimental pendant des années !
Ou encore quelqu’un qui est resté bloqué sur l’échec de ses études de médecine, et qui a traîné ça comme un boulet toute sa vie !!

Soyez imaginatifs !

Vous devez développer le muscle de l’inventivité et de la créativité !
Bien sûr, en allant puiser en Dieu votre source d’inspiration.
Vous deviendrez plus réactifs, plus résilients !
Et aussi une source d’inspiration pour ceux qui vous entourent.

L’art de l’échec

L’Echec nous pousse aussi à être inventif dans l’expression, notamment par le biais de l’art !
Relisez les Psaumes et en particuliers ceux du Roi David, et réalisez comment ces échecs l’ont poussé à s’exprimer en écrivant ces merveilleux chants !
C’était un moyen d’expression pour se confier en Dieu !
Et cela est un grand secours pour nous aujourd’hui car nous bénéficions des expériences de David !

Créatif en amont

Être créatif ne consiste pas seulement à trouver des solutions par nous-mêmes, mais consiste aussi à demander de l’aide, du soutien, des conseils à ceux qui pourraient nous aider.

Donc la volonté de ne pas échouer nous pousse aussi à être créatif dans la recherche de solutions, mais cette fois-ci en amont de l’échec, plutôt qu’après !

Mini plan d’action :

Etape 1 : demander à Dieu.

  • Soit il agit de manière miraculeuse,
  • Ou bien il va nous donner la sagesse pour trouver les solutions.

Etapes 2 : demander de l’aide à notre entourage

  • Soit ils vont prier pour nous, et donc retour à l’étape 1
  • Ou alors ils ont les compétences pour nous conseiller, un savoir-faire pour nous aider.

Avant de subir nos propres échecs, il est important d’aller puiser dans les échecs des autres afin d’en retenir toutes les leçons et ainsi éviter de faire les mêmes erreurs !

Ce qui amène notre réflection encore un peu plus loin :
L’échec est une graine d’inspiration… (suite dans le prochain article !)


Merci aux lecteurs assidus et merci aussi à tous ceux qui ont laissé des commentaires.
Vos encouragement et vos partages d’expériences me poussent à continuer !

Si vous trouvez cet article utile alors partagez à un maximum !

Soyez des disciples inspirés, imaginatifs et créatifs pour surmonter vos échecs, sans oublier le plus important :
Faites tout pour la Gloire de Dieu ! (1Cor 10:31)

Soyez bénis et à très vite pour le 5e article sur l’échec !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 6

2 responses on "L’échec nous rend créatif [Éloge de l’échec 4/7]"

  1. Super article! Bravo Franck 🙂 Ton ami Olivier

  2. Merci Franck pour cet article qui m’encourage.
    Sans moi vous ne pouvez rien faire dira Jésus.
    il est bon aussi de trouver du réconfort avec nos frères et soeurs.
    Sois béni mon frère.
    Alain.

Leave a Message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chretien Online © Tous droits réservés.
X
%d blogueurs aiment cette page :