• LOGIN
  • Votre panier est vide.

Login

L’échec prépare la réussite [Éloge de l’échec 6/7]

échec prépare la réussite

Retrouvez les 5 premiers articles de la série “L’éloge de l’échec” ici :
> 1/7 L’échec nous fait grandir
> 2/7 L’échec nous pousse à apprendre 
> 3/7 L’échec nous rend humble
> 4/7 L’échec nous rend créatif
> 5/7 L’échec est une graine d’inspiration
Regardons maintenant comment l’échec prépare la réussite.


Vous avez peut-être du mal à vous lancer dans certains projets, vous craignez de vous jeter à l’eau de peur d’échouer.
Pourtant si vous voulez atteindre vos objectifs, et pourquoi pas vivre vos rêves, vous devrez surmonter toutes vos peurs et vos échecs.

Vous pourriez ainsi devenir un exemple de persévérance pour vos proches, à votre travail et dans votre église.

Avez-vous identifié pourquoi avez-vous de mal à vous lancer et atteindre vos objectifs ?
Préférez-vous ne rien tenter plutôt que d’échouer ?

Avez-vous peur du regard des autres ?
Avez-vous la croyance que ce sont seulement vos réussites qui vous définissent ?

Comment devenir ce modèle de persévérance ?
Croyez-vous atteindre la réussite sans jamais échouer ?
Et d’ailleurs, qu’est-ce qui définit réellement un échec ?

Tentons ensemble de trouver des réponses à nos questionnements.

Comment l’échec prépare la réussite

Tout d’abord il est important d’intégrer la réalité suivante :

  • Ça n’existe pas une réussite sans échec au préalable
  • Ça n’existe pas un échec sans plus tard une réussite

Quand on y réfléchi bien :
S’il y a réussite c’est qu’il y a tentative
S’il y a tentative c’est qu’il y a eu des échecs !

Il est très très rare de réussir quelque chose du premier coup ! Sans entraînement au préalable, sans exercice en amont, sans tests, essais, tentatives… et donc erreurs et échecs !

« Plus nous seront prêts à embrasser l’échec plus nous seront prêts à réussir. » (David Larroche)

Abraham Lincoln

En 1832 Abraham Lincoln échoua dans sa tentative d’élection au poste de procureur. L’année suivante son entreprise fit faillite.
En 1835 celle qu’il aimait plus que tout mourut soudainement.
L’année suivante, en 1836 il souffrit d’une dépression nerveuse.
En 1838 il échoua dans sa tentative d’élection au poste de président de l’Assemblée de l’Illinois.
En 1843 il ne parvint pas à être élu au Congrès.
Et en 1854 il ne parvint pas à se faire élire au Sénat.
Puis en 1856 il ne fut pas choisi par son parti comme candidat au poste de Vice-Président.
En 1858 il échoua à nouveau dans sa course à l’élection au Sénat.
Pourtant aujourd’hui il est considéré comme le plus grand de tous les présidents des Etats-Unis !

C’est une belle illustration de l’échec qui prépare la réussite

Un médicament nécessaire

Voici ce qu’a dit Steve Jobs quand il a été viré d’Apple :

“ça a été le médicament le plus douloureux de ma vie, mais le patient en avait besoin” !

Il est bon de prendre assez de recul pour dire “ça a été douloureux, mais sans cet échec-là, est-ce que j’aurais appris cette leçon de vie ?”

Un homme sage a dit :

“Croire que la réussite d’un homme ne dépend que de ses succès est une erreur élémentaire. Elle dépend bien plus souvent de ses nombreux échecs.”

Vous n’échouerez pas si vous vous concentrez sur votre avenir plutôt que sur votre passé.

Comment tu définis un échec ?

Nous arrivons maintenant à un point crucial, qui est une clé géniale si vous la comprenez bien.

Si je vous pose la question : Selon vous, comment détermine-t-on un échec ? Qu’est-ce qui définit un échec ?

Vous me répondrez certainement :
bah aux résultats que la personne elle a !

Ok, mais quand est-ce qu’on détermine le résultat ?

Bah juste après ! Si la personne n’a pas obtenu le résultat escompté, elle a échoué !

Voilà ce que la plupart d’entre nous pensons, et c’est aussi ce que je pensais jusqu’à ce que je saisisse ce qui suit.

Prenons quelques exemple pour bien comprendre comment l’échec prépare la réussite…

Steve Jobs, entre échec et réussite

Steve Jobs est viré d’Apple, l’entreprise qu’il a créée…
> Tu appelles ça comment ?
Un échec !

Maintenant, avançons quelques années plus tard :
Il a créé Next et Pixar, deux entreprises qui ont une grande réussite.
> Tu appelles ça comment ?
Plutôt une réussite !

Mais ce n’est pas fini ! Il réintègre Apple avec Next et Pixar qui cartonnent !
> Tu appelles ça comment ?
Une super victoire !

Steve Jobs • L’échec prépare la réussite

Finalement ce que ça veut dire, c’est qu’on détermine un échec par rapport à une seule chose :
Quand est-ce que j’arrête l’histoire ?

On perçoit un échec dès lors qu’on perçoit plus de pertes que de gain.
Et tout dépend à quel moment nous choisissons d’arrêter l’histoire !

Regardons un autre exemple…

Jésus…

Jésus est trahi par l’un de ses plus proche…
Tu appelles ça comment ?

Tous l’abandonnent ?
Il est arrêté, jugé et condamné
Il est crucifié !!!!
> Tu appelles ça comment ???

Ses propres disciples ont vécu la plus grande déconvenue de leur vie ! Un fiasco total !
Clairement un cuisant échec.

Mais vous le savez, l’Histoire ne s’arrête pas là !
Il est ressuscité !
> Tu appelles ça comment ?

C’est la plus grande victoire de tous les temps !
Il a vaincu le diable, le péché, et la mort !

Mais pas seulement !
Il a sauvé (et continue encore) des myriades et des myriades de personnes, qui auront bientôt part à la résurrection et avec qui il partagera Sa Gloire !
> Tu appelles ça comment ?

C’est le triomphe total, il a terrassé le mal sous toute ses formes !

Comprenez-vous ?
Nous avons tendance à faire un constat d’échec un peu trop vite.

Mais votre histoire ne s’arrête peut-être pas là, maintenant !

La vie Paul : échec ou réussite ?

Je fais souvent référence à Paul et à la suite de difficultés et d’échecs qu’il a affronté et qu’il décrit dans 2 Corinthiens 11:23–30.

Il terminera même sa vie en tant que martyre, crucifié la tête en bas selon les traces historiques.

Mais est-ce là l’échec de la vie de l’apôtre ?
Non ! Car ce n’est pas la fin de l’histoire !
Paul le dit lui-même :
“la mort m’est un gain”… (Phil 1:21)

Parce que Christ est Sa vie !
Son avenir n’est pas terrestre, mais céleste.
Son espérance n’est pas temporelle, mais éternelle.

Et vous ?

À l’échelle de votre vie, vos échecs sont les plus gros tremplins pour réussir.
Seulement n’arrêtez pas l’histoire trop vite, trop tôt !

Je dirais qu’il n’y a que Dieu qui décide quand est la fin de votre histoire ?

Dans ma vie, un échec amoureux n’a été que le prélude à une vie rêvée dans ce domaine ! Puisque cela m’a permis de rencontrer plus tard celle que Dieu m’avait préparé pour devenir ma femme, et à qui Dieu donnera 2 beaux enfants. Celle qui partage les mêmes valeurs de foi en Christ et avec qui j’ai la joie de servir Dieu ! L’histoire n’était pas terminée quand on m’a trahi et quitté !

Une porte fermée par Dieu dans mon travail, qui s’est traduit par un licenciement, deux ans de chômage, n’était que le chemin tracé par Dieu pour me faire entrer à Son service !
L’histoire n’était pas terminée quand j’ai échoué à être titularisé !

Donc avec le recul,
Et parce que ce n’était pas la fin de l’histoire…
Merci mon Dieu pour les échecs que j’ai traversé ! Qui ont ouvert les portes vers une merveilleuse destinée que tu avais préparé pour moi !

Passons maintenant à un autre aspect important à considérer…

Détecter les signes avant-coureurs de l’échec

Généralement quand on prend du recul, l’échec qu’on est en train de vivre, c’est la suite de plein de petits échecs au préalable auxquels nous n’avions pas prêté attention et desquels on n’avait rien appris !

Exemple : Sauvegarde

Régulièrement tu ne fais pas de sauvegarde sur tes fichiers et à chaque fois tu te dis “ah ce serait bien que je fasse une sauvegarde…” et tu as plein de petits avertissements… ton ordi a planté, tu as oublié d’enregistrer un document… mais tu n’y fais pas attention, jusqu’au jour où tu as un énorme plantage, ton disque dur grille et tu as perdu toutes tes sauvegardes et aussi des fichiers super importants !! …
Et bien-sûr tu crois que tu as la poisse !
Mais non, tu n’as pas la poisse !
Mais il a fallu que la vie (Dieu qui se cache derrière les circonstances) renforce la taille de son message pour qu’enfin tu écoutes !

Autre exemple : Le caractère

Tu as tendance à t’exagérer tout le temps et te croire au-dessus des autres ;
Jusqu’à ce qu’il y ait quelqu’un qui te dise publiquement que tu es nul et qui t’humilie, et alors tu te sentiras nul !
Et pourtant ça fait des lustres que Dieu essaie de te dire “hey ! un peu plus d’humilité !”
Tu es peut-être brillant, mais rends-toi compte qu’il y en a d’autres qui sont brillants.

Exemple : Planification

Si tu as tendance à ne pas planifier… tu prends le risque d’oublier des choses et tu seras inefficace !
Et un an plus tard, tu vas réaliser que ce que tu avais prévu, tu ne l’as toujours pas accompli !
Et puis un jour tu ne planifie pas quelque chose de très important et ça découle sur un énorme échec !

Un amis m’a raconté qu’il avait dû se discipliner pour mieux planifier, et mieux s’organiser. Car un jour il était invité à prêcher dans un rassemblement de jeunesse, et lorsqu’il descend de son train, il reçoit un appel et là on lui dit « Hey, t’es où ? On t’attend ! » En fait il avait dit oui à deux invitations en même temps ! Et il n’avait pas noté, il n’avait pas planifié… Ce fût le déclencheur douloureux pour mieux s’organiser !

Dieu nous aime et il nous fait vivre des échecs pour qu’on se prenne une bonne petite claque et que cette fois-ci on écoute, on apprenne, on transforme !

Comment Transformer vos échecs en 3 points

Donc, pour retenir ces quelques points, je vous propose ce petit exercice en 3 étapes :

  1. Anticiper
  2. Accepter
  3. Arrêter

1. Anticiper

Avant l’échec,
Soyez à l’écoute des avertissements,
Quels sont les signes avant-coureurs qui vous avertissent d’un échec ?

Des erreurs, des manques, des oublis ?
Une pensée que vous rejetez ?
Un conseil que vous n’avez pas écouté ?
Un manque de préparation ou d’anticipation ?
Des signes, de fatigue, d’anxiété, de stress ?
Des avertissement de Dieu ?

  • Prenez les 8 domaines de vie (Piété, Couple, Famille, Carrière-Vocation, Génie & Mental, Social & Leadership, Finances, Santé)
    Et anticipez ce qui pourrais entraîner un échec (une gestion à reprendre en main, des relations à soigner, une hygiène de vie à corriger…)

2. Accepter

Après l’échec,
Accueillez l’échec, et faites-en un tremplin pour vos prochaines réussites.
Notez ce qu’il faut faire pour ne plus le répéter,
Retenez toutes les leçons que vous pouvez en tirer.
Sachez apprécier cet échec et projetez-vous dans l’avenir pour voir ce qu’il vous aura apporté.
Ce que vous devez stopper, continuer, commencer ?

  • Faites une liste de 10 choses bénéfiques que cet échec vous apporte, (aidez-vous des 8 domaines de vie)

3. Arrêter… où pas

Décidez si c’est la fin de l’histoire
Devez-vous définitivement arrêter ?
(Si vous avez subi un échec amoureux, pensez-vous réellement que vous êtes condamné à rester seul jusqu’à la fin de vos jours ?)
Est-ce vraiment la fin ?
Si vous avez raté un examen, échoué à un entretien d’embauche,
Est-ce vraiment la fin de l’histoire, un point d’arrêt ?
Cela vous empêchera-t-il de vivre votre rêve ?
Dieu a-t-il a dit que c’était terminé ? N’a-t-il pas un autre plan ?

  • Prenez la décision de ne pas arrêter l’histoire trop vite… avancez !

Vous aurez des échecs, mais prenez courage

Souvenez-vous :

“Je peux tout par celui qui me fortifie.”

Phil 4. 13

John Maxwell a écrit :

“Vous devez un jour ou l’autre changer votre fusil d’épaule, ne plus vous contenter de seulement croire en votre rêve, mais prendre la décision de le poursuivre coûte que coûte.
Aucun rêve ne se réalise sans que quelqu’un n’en paye le coût. Et les leçons que vous tirerez de vos échecs formeront une partie de ce coût. Même si vous suivez les meilleures conférences qui soient et lisez les meilleurs livres jamais écrits pour vous aider à réussir, rien ne vous dispensera du prix à payer en termes d’erreurs et de mauvaises décisions. Vous ne trouverez pas une seule personne qui ait réussi dans la vie sans avoir dû payer un coût parfois important pour cette réussite. Certaines ont dû le payer en terme de liberté ou même en sacrifiant leur vie. D’autres en refusant des options qui s’ouvraient devant eux, ou des relations prometteuses ou encore des gains matériels importants. Mais sachez-le, d’une façon ou d’une autre, le succès a toujours un coût et quiconque veut réussir doit accepter de le payer !”

John Maxwell

Pour résumer, vous ne réussirez jamais si vous ne tentez rien,
Et si vous tentez, vous aurez des échecs.

Mais ça vaut le coup !
Car vous allez transformer vos échecs en tremplins, en opportunités, en apprentissages…
Et vous allez réussir à force de persévérance !

Alors n’abandonnez pas… ce n’est sûrement pas la fin de l’histoire !

Merci à tous les lecteurs fidèles

Si vous connaissez quelqu’un qui passe par un échec douloureux, partagez-lui cette série d’articles,

Laissez vos réactions dans les commentaires,
Êtes-vous d’accords ou pas ? Quelles sont vos expériences ?
Quand vous avez échoué, était-ce la fin de l’histoire ?

Soyez des disciples dont les échecs préparent la réussite.
Réjouissez-vous en tout temps de tout ce que le Seigneur est pour vous. (Phil 4:4)
N’oubliez pas :
Faites tout pour la Gloire de Dieu ! (1Cor 10:31)

À bientôt pour le dernier article de cette série.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 5

1 responses on "L’échec prépare la réussite [Éloge de l’échec 6/7]"

  1. Bonjour Franck.

    Tout a fait d’accord avec cette pensée.
    J’ai personnellement essuyé des échecs (parfois à cause de mes erreurs mais aussi par des personne interposées.)
    Il y a aussi des souffrances et des incompréhenssions qui pourraient nous faire tout arrêter, laisser tomber, que ce soit dans l’église ou autre part.
    Mais comme tu le dis , l’échec, les épreuves, les souffrances silencieuses nous font grandir. Et j’appelle cela une grâce de DIEU.
    Et avec DIEU rien ne s’arrête au contraire il nous permet de reprendre la route avec son aide et aussi quand nous soumettons à sa volonté.
    J’ ai bien compris cette parole de JÉSUS: sans moi vous ne pouvez rien faire.
    Alors persévérons dans notre combat convaincu que JÉSUS est tous les jours avec nous.
    Bien fraternellement et à bientôt mon frère.
    Sois bénis.

Leave a Message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chretien Online © Tous droits réservés.
X
%d blogueurs aiment cette page :